Né trois jours avant ma mort

À quoi pouvais-je bien penser, au moment précis où, comme frappé par la foudre, j’ai été brutalement tiré de ma torpeur ? Des mois plus tôt, ma mère m’avait dit :

– À trois jours près, tu étais mort !

Les mots de ma mère, ce jour-là, étaient entrés par une oreille pour en ressortir immédiatement par l’autre, mais en cet instant, ils m’étaient revenus avec force et acuité, exactement comme si quelqu’un venait de me retourner d’un coup et me hurlait au visage tout en m’assenant une grande claque !

– Tu as compris ce que l’on te dit ?

Lire l'extrait